Manon
Massé
Sainte-Marie-Saint-Jacques

Photo de Manon Massé

Local électoral

4167 rue Saint-Denis, Montréal, H2W 2M7

Manon Massé siège à l’Assemblée nationale depuis le 7 avril 2014. Née à Windsor, en Estrie, le 22 mai 1963, elle grandit dans une famille de la classe populaire avant d’entamer des études en théologie à l’Université de Montréal.

Manon, comme tout le monde l’appelle, commence sa carrière au Comité social Centre-Sud, exerçant la pratique de l’éducation populaire auprès des familles démunies d’un quartier qui, à l’époque, est encore fortement ouvrier.

Elle joue un rôle de premier plan dans la Marche du pain et des roses de 1995, une marche de dix jours contre la pauvreté dont les revendications mènent notamment à l’adoption d’une loi sur la perception automatique des pensions alimentaires. En 2000, elle coordonne la Fédération des femmes du Québec (FFQ) au moment de la grande mobilisation de la Marche mondiale des femmes.

Aux côtés de Françoise David, elle est la toute première candidate de Québec solidaire après sa fondation, en 2006, et devient la troisième députée solidaire au terme de sa 5e campagne.

À l’Assemblée nationale, Manon Massé se démarque par son franc-parler rafraîchissant, son intégrité et ses interventions sur le travail, l’environnement, les droits des femmes et des personnes LGBTQ ainsi que la lutte contre la pauvreté. Législatrice infatigable, elle dépose sept projets de loi.

Après avoir mobilisé le « fier monde » de Sainte-Marie–Saint-Jacques contre la proposition de rayer la circonscription de la carte électorale, elle est élue co-porte-parole de Québec solidaire en mai 2017 avec le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, qui a succédé à Françoise David.